Son
tourisme

Le Tournebride , à Vellereille-les-Brayeux (Estinnes), vous invite à découvrir l'Abbaye de Bonne-Espérance et les environs.

À découvrir

Elle est située sur le territoire de Vellereille-les-Brayeux, entre Binche et Merbes-Sainte-Marie. À quelques kilomètres de Binche, il vous faut quitter la route et parcourir une bonne lieue (route fléchée) au bout de laquelle, annoncée par sa tournée, Bonne-Espérance surgit parmi les prés et les champs.

Vellereille est un diminutif du mot latin «villa» (Villereillum) ; Brayeux vient de "brai" qui, en roman, voulait dire boue, humidité. À comparer avec le village proche de Vellereille-le-Sec, bâti au sommet d'un plateau où l'eau faisait autrefois défaut.

La visite

Après avoir traversé la vaste cour d'honneur, vous parvenez en face du bâtiment qui étale sur 76 m de largeur vingt-deux fenêtres, trois portes et un portail.
Vous pouvez admirer différentes pièces : le quartier de l'abbé, l'escalier d'honneur, le cloître, le chauffoir, le réfectoire, la cuisine, la salle capitulaire, la sacristie...

L'église abbatiale

Dès la fondation du monastère, les Prémontrés ont bâti une première église romane que l'on remplaça de 1266 à 1274 par un vaste édifice gothique de 102 m et apparent à la cathédrale de Reims. C'était l'époque où surgissaient de terre ces cathédrales fastueuses qui « entonnaient l'hosanna des siècles nouveaux-nés, s'agenouillant au loin dans leur robe de pierre ».

L'édifice fut cependant très tôt amputé dans sa longueur et réduit à 64 m. Puis, il fut en partie incendié en 1568 et seulement restauré de 1608 à 1616 ; enfin, démoli pour faire place, en 1770-1776, à la troisième église qui se trouve sous nos yeux. Sur conserva l'ancienne tour carrée de la fin du XV e siècle.

L'ancienne abbatiale est aujourd'hui une basilique. Le visiteur pourra y admirer les statues des bas-côtés, l'orgue, la nef, les stalles, le transept et la statue de Notre-Dame de Bonne-Espérance. C'est une statue remarquable du XIV e siècle en pierre blanche d'Avesnes, haute de 1,10 m et objet d'une vénération séculaire. Il s'agit d'une Vierge assise allaitant l'Enfant.
Cette scène de lactation se retrouve dans la Vierge noire de Hal, la «Virgo lactans».
En 1904, cette vénération prit la forme d'un couronnement solennel de la statue, hommage accordé par le pape et motivé par la multiplicité des faveurs et miracles obtenus.

Un panégyriste du XVII e , reprenant la tradition qui qualifie la Vierge de Bonne-Espérance de « miraculeuse » récapitulait les diverses « merveilles » calculées au cours des siècles comme : au deuxième, l'inauguration d'un temple magnifique ; au troisième, la dévotion de Marguerite, impératrice de Bavière et comtesse de Hainaut ; au quatrième, les visites de Louis XI alors Dauphin ; au cinquième, l'étonnante préservation de la statue lors de l'incendie allumé par les Gueux du prince d'Orange et la splendide restauration du sanctuaire sous les archiducs Albert et Isabelle. L'abbaye de Bonne-Espérance est, à juste titre, l'un des joyaux de la région du Centre.

J. Vanhèse

 Source : L'ancienne abbaye de Bonne-Espérance, Lucy Tondreau, Fédération du Tourisme du Hainaut, Mons, 1978.

 

Chers utilisateurs, ce site stocke les cookies sur votre ordinateur.

Ils ont pour but d'améliorer l’expérience de votre site Web, tout en vous fournissant des services plus personnalisés. Si vous souhaitez plus d’informations sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Politique de confidentialité. En acceptant les cookies, vous consentez à leur utilisation. Vous pouvez également paramétrer ces derniers. Si vous refusez, vos informations ne seront pas suivies, au moment de visiter ce site. Un seul cookie sera utilisé dans votre navigateur pour mémoriser votre préférence de ne pas être suivi.
Tout refuser
Personnaliser
Tout autoriser
Paramètres cookies